Nébuleuse de mes songes virtuels

11 avril 2009

Je suis venue...

Je suis venue t'offrir mon corps. Je me soucie peu de savoir si cet acte m'apporte le bonheur. Je viens toujours pour toi et j'ai peur qu'un jour tu te lasses de moi. Je me projette chaque fois dans cet ailleurs. Je me réalise à travers toi. Ton corps est en moi. Je me suis rendue compte de cela l'autre fois. Je ne peux changer cet état car mon chemin est tout tracé vers toi. Je récolte des sensations de bien être entâchées d'images obscures. M'aideras-tu à supporter les frais de ce malaise constant qui m'ennuie?

Posté par faluna à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 janvier 2009

Ta renaissance, ma vie!

Enfin mon amour, tu m'as envoyé ce message miracle la nuit du nouvel an. C'était le plus beau cadeau que tu m'aies offert. Tu as rassemblé tes forces pour le faire. Je sais que ce n'est pas facile. Merci en renaissant de m'avoir rendu la vie!

Posté par faluna à 23:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2008

la vie y existe

Je suis allée là-bas pour te prouver que la vie peut et doit triompher. Le lieu était vivant et battait de tout son coeur. J'ai senti, ou je voulais croire, que toi aussi tu es en vie. J'ai retrouvé le charme de cet espace, ses divers contrastes qui me sont devenus familiers. J'ai profité de sa chaleur, de son air libre, de sa générosité et j'en suis revenue plus détendue, plus heureuse et satisfaite avec le coeur rempli d'espoir de t'y retrouver bientôt!

Posté par faluna à 23:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2008

Je suis en deuil

J’ai glané chaque rayon de soleil qui traversait la ville. Je me suis chauffée de cette chaleur si glaciale car mon cœur n’y était pas. Il fallait que je perpétue chaque acte comme si je menais une existence normale. Je tentais de vivre ce qui ressemblait à la vie. Mais ce soir devant la froideur mortelle de mon écran, j’ai versé des larmes, des larmes que j’ai freinées pour ne pas ameuter le quartier. Est-ce vrai que tu n’existes plus ? est-ce vrai que je vais rencontrer chaque souvenir avec amertume ? 

Aurais-je le courage de vivre ton deuil dans le secret et le silence ?

Que Dieu me lègue le courage d’apaiser ma douleur parce que je te retrouve partout. Tu es dans chaque bouffée d’air que je respire, dans chaque mot que je prononce, dans chaque pensée qui me traverse l’esprit, dans chaque geste qui dénote la faiblesse de mon corps…

Posté par faluna à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2008

Mais où es-tu?

Il n’y a qu’ici que je pourrais parler librement.

J’ai peur que tu sois mort. Tu n’as plus donné signe de vie. Je me fais du mauvais sang pour toi. J’ai peur de devoir commencer à faire ton deuil. Je ne sais pas si je vais pouvoir y arriver. J’ai peur que tu ne sois plus là, que tu ne puisses plus remplir ma vie de ta présence. J’ai peur que ta fragilité t’ait détruit.

Que deviendrais-je sans toi ?  Que deviendrait le reste de ta vie sans toi ?

Je me demande maintenant si je t’ai réellement connu ou si j’ai seulement rêvé de toi.

Tu es un ange exceptionnel sur terre.

Es-tu fatigué ? Malade ou à l’hôpital ? As-tu perdu la mémoire ? Comment un quelconque mal a pu te toucher toi qui es si doux, si pacifique, si généreux ???

Mes propos sont incohérents ce soir. Je tente d’en reconstituer le sens toute seule sans personne à qui raconter mon désarroi face à ta disparition, sans personne à qui parler de mes hypothèses quant à ta disparition brusque et inattendue.

Mes prières s’adressent à Dieu qu’il ne t’arrive aucun mal, pour que tu sois en bonne santé, sain et sauf et que tu sois simplement parti pour mieux revenir.

Posté par faluna à 22:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 avril 2008

le coeur à corps

Tu me touches à peine du bout des doigts et tu attends. Mon corps se courbe de cette attente. Tu tends les mains et je revis. Tu passes tes doigts sur les lignes de ma peau tel un chemin sans balises.

J’ai envie de comprendre qu'il se passe quelque chose d'incompréhensible dans mes entrailles.

J’ai envie de laisser mon corps être surpris dans sa faim.

Quand tu me pénètres, je questionne toujours mon cœur.

Et mon corps sur le sens de cet acte

Et je tente de goûter à cette nouvelle saveur.

C’est nouveau pour moi quand tu es au fond de moi. Je veux vivre cette vie que tu laisses en moi.

Partager cet air que tu m'envoies.

J’attends toujours quand tu viens vers moi et que tu me prends, le passé n'existe plus, il n'y a plus que toi et moi.

Posté par faluna à 03:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 février 2008

Après le silence

Je viens par ces quelques mots rompre le silence.
"Je ne lui pardonnerai pas d'être tombé si bas."

Posté par faluna à 01:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2007

Questions sans réponse

Je n’ai personne d’autre que toi à aimer, personne à qui raconter.

Personne ne sera ce que tu es pour moi.

Je suis désolée si je ne te motive plus. Au fait, c’est quoi la motivation pour toi ?

Je suis consciente que tu ne donnes plus comme avant mais moi je ne demande rien sauf que tu sois là, en vie. Je ne veux pas de ta générosité si elle n’est pas un acte spontané.

Souvent, je passe et repasse sur nos différents relais et je suis triste de ne trouver aucune trace de toi, rien qui montre que tu es passé spécialement pour moi, que tu m’as laissé un souvenir, que tu m’as gâtée par un mot de toi, trésor qui augmenterait mon bonheur de savoir que tu es au servir de mon bien-être et de ma joie.

Dis-moi, est-ce que l’amour est mort ?

Posté par faluna à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2007

Parce que c'est bleu

Des mots qui me font vivre...

« On attend que le porte du destin s’ouvre, qu’elle s’ouvre sur nos espoirs et nos rêves aux couleurs bleues, des rêves qu’on a su calmer ou endormir pour renouer avec d’autres rêves. »

Posté par faluna à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2007

Ne me quitte pas!

Il m'a dit:

"Ne me lâche pas. Je ne supporte pas que tu partes loin. Emporte-moi dans ton sac. A chaque fois que tu l’ouvres, vérifie si j’y suis."

Je fonds quand j'entends cela. Je ne peux pas le quitter puisque je l'emporte dans mon coeur qui est toujours ouvert et qui le remplit en totalité.

Posté par faluna à 19:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]